Image monde - Attijari Trade

drapeau Italie Italie : Fiscalité et Comptabilité

Dans cette page : Les taxes sur les sociétés | Les règles comptables | Les taxes à la consommation | Les taxes sur le revenu des personnes | Les conventions de non double imposition | Les sources d'information fiscale

 

Les taxes sur les sociétés

La distinction entre société résidente et société étrangère
Les sociétés ayant leur siège légal ou administratif ou leur activité principale sur le territoire italien sont considérées comme des sociétés résidentes.
Une société étrangère détenant une ou plusieurs filiales italiennes est réputée résider en Italie sur le plan fiscal si elle est (directement ou indirectement) détenue par des résidents italiens; ou son conseil d’administration se compose principalement de personnes résidant en Italie.

La définition de l'établissement stable suit le modèle de l'OCDE.

 

Le taux standard

Impôt sur les sociétés (IRES - Imposta sul Reddito delle Societa) 24%
Taxe régionale sur les activités de production (IRAP) 3,9% pour les entreprises générales, 4,65% pour les banques et les institutions financières et 5,9% pour les compagnies d'assurance (taux moyen, varie en fonction des régions)

Les collectivités territoriales ont le droit d'augmenter ou de diminuer les taux de l'Irap dans la limite de 0,92%.

Pour un aperçu des mesures fiscales mises en place par le gouvernement italien suite à la crise du COVID-19, consultez la page dédiée sur le site du ministère des Finances.
 
Le taux d'imposition pour les sociétés étrangères
Les entreprises résidentes sont taxées sur leurs revenus mondiaux. Les sociétés non-résidentes sont imposées sur leurs revenus d'origine italienne. Un crédit pour impôt étranger est disponible sur l’impôt payé sur le revenu de source étrangère.
La taxation des plus-values
En général, les plus-values ​​sont traitées comme des revenus ordinaires et imposées au taux de revenu des sociétés de 24%. Les plus-values ​​provenant de la vente de participations peuvent être exonérées de 95% si les conditions suivantes sont remplies: a) la participation a été détenue pendant une période minimale ininterrompue de 12 ou 13 mois; b) la participation est classée comme une immobilisation financière dans le premier état financier clos après l’acquisition de la participation; c) la société dans laquelle la participation est détenue n’est pas considérée comme une entité « liste noire » aux fins du régime italien des sociétés étrangères contrôlées (CFC); et d) la société dans laquelle la participation est détenue exerce une activité de manière continue au cours des trois dernières années précédant la cession.
Les plus-values ​​réalisées par des sociétés non-résidentes sont imposées à un taux de 26%.
Les déductions et les crédits d'impôt
Les dépenses professionnelles directement liées à la génération de revenus sont généralement déductibles : frais de création d'entreprise, commissions, amortissements, primes et rémunérations du personnel, redevances, frais de publicité et de représentation (plafonnés). L'IMU est déductible aux fins de l'IRES jusqu'à 60 % au cours de l'exercice 2020 et de l'exercice 2021 ; 100 % par la suite.
Les intérêts débiteurs sont entièrement déductibles d'impôt jusqu'à concurrence du montant des intérêts créditeurs. Les charges d'intérêts excédentaires sont déductibles jusqu'à 30% de l'EBITDA brut, et la partie excédentaire du plafond annuel est reportée sur les cinq exercices suivants. Des règles spécifiques s'appliquent à la déduction des créances irrécouvrables. Les frais de déplacement engagés au sein de la commune sont déductibles des impôts jusqu'à 75 % (cependant, la TVA est entièrement déductible).

Il est possible de bénéficier d'un « abattement sur fonds propres » (ACE) consistant en un abattement égal à l'augmentation nette des fonds propres employés, multiplié par un taux déterminé chaque année (1,3 % en 2021). L'abattement est disponible chaque année, sous réserve que la l'augmentation des capitaux propres n'est pas diminuée.

Les frais de voitures de société peuvent être déduits jusqu'à 20 % pour les voitures non affectées aux salariés ou accordées aux salariés uniquement pour un usage professionnel, et 70 % si elles sont destinées aux salariés à des fins professionnelles et privées. Les frais de téléphonie mobile et fixe sont déductibles jusqu'à 80%.

Les pertes peuvent être reportées et imputées sur le revenu imposable des sociétés ; cependant, 20 % du revenu imposable d'une année ne peuvent être compensés par des pertes reportées et sont soumis à l'impôt sur les sociétés. Les pertes subies au cours des trois premières périodes fiscales peuvent être reportées pour s'imputer sur 100 % du revenu imposable si ces pertes sont liées à une nouvelle activité. Le report en arrière des pertes n'est pas autorisé.

Un crédit d'impôt égal à 50 % des dépenses d'assainissement de l'environnement et des outils de travail a été accordé en raison de la pandémie de COVID-19. De plus, les dons faits au cours de l'année 2020 pour lutter contre la pandémie sont entièrement déductibles.

Le régime de la patent box et le dispositif de crédit R&D accordent des crédits d'impôt soumis à des dispositions qualifiantes aux entreprises qui investissent dans la R&D. L'exonération fiscale va jusqu'à 50% des dépenses et peut être accordée aux établissements stables des sociétés étrangères si ces dernières sont basées dans des pays avec lesquels l'Italie a conclu une convention fiscale et qui échangent des informations fiscales avec la société.
Les autres taxes sur les sociétés
Une taxe communale est généralement appliquée à un taux compris entre 1,06% et 0,76% (généralement 0,86%) sur les biens immobiliers appartenant à l'entreprise (IMU). Les taxes communales sont également calculées sur l'IMU pour une taxe commune (IUC - Imposta unica comunale) sur le service (TASI) et les ordures (TARI).

Un droit de mutation est applicable à toutes les transactions inscrites au registre public, généralement taxées à un pourcentage de la valeur.

Des droits de timbre allant de 2 à 100 EUR sont perçus sur les transactions juridiques et bancaires, à des taux variables. Le droit de timbre s'applique au transfert d'actions ou d'autres instruments financiers émis par des sociétés résidentes à 0,2% de la valeur de transaction, ou 0,1% si la vente est effectuée en bourse (dite « taxe Tobin »).

Les entreprises réputées « non actives » sont soumises à un impôt sur le revenu minimum réputé au taux de 34,5%. Le statut de non-exploitation comprend les entreprises : à faible taux de rotation et d'augmentation des stocks, avec des revenus insuffisants, qui sont non rentables ou déclarent des pertes fiscales pendant 5 exercices fiscaux consécutifs.

Un impôt régional sur les activités productives (IRAP) de 3,9% est prélevé sur la valeur nette de la production dans chaque région italienne par les sociétés résidentes et les établissements stables (ES) des sociétés étrangères. Le taux peut varier jusqu'à 0,92 % selon les régions. L'IRAP est en moyenne de 4,65 % pour les banques et institutions financières et de 5,9 % pour les compagnies d'assurance.

Une retenue à la source de 30 % est prélevée sur les indemnités versées à une société non-résidente pour l'utilisation d'équipements industriels, commerciaux et scientifiques en Italie.

Une taxe sur les services numériques (DST) a été introduite en 2020. Elle est prélevée sur les contribuables qui, au niveau du groupe, ont un chiffre d'affaires mondial annuel supérieur à 750 millions EUR au cours de l'année civile précédente et des revenus annuels des services numériques rendus en Italie de plus de 5,5 millions EUR au cours de l'année civile précédente, quelle que soit leur résidence fiscale. Le taux est de 3% du revenu brut hors TVA ou impôts indirects. Les entreprises assujetties à la taxe doivent tenir des registres mensuels des transactions pertinentes.

Les cotisations sociales dépendent de l'activité exercée par l'entreprise, du nombre de salariés et de la fonction du salarié. Pour les employeurs, la cotisation est généralement de l'ordre de 30 %.
Les autres ressources utiles
Agence italienne du revenu
Doing Business - Italy, pour connaître le montant des impôts et des cotisations obligatoires.
 

Comparaison internationale de la fiscalité des entreprises

  Italie OCDE Etats-Unis Allemagne
Nombre de paiements de taxes par an 14,0 10,1 10,6 9,0
Temps requis pour les formalités administratives en heures 238,0 163,6 175,0 218,0
Montant total des taxes en % des profits 59,1 41,6 36,6 48,8

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

Retour vers le haut

Les règles comptables

 

Le système comptable

Les normes comptables
Depuis novembre 2001, l'organisme italien de comptabilité (Organismo Italiano di Contabilità-OIC) est en charge des normes comptables. L'OCI a remplacé la «Commissione Paritetica per la Statuizione dei Principi Contabili», qui avait déjà publié 30 normes comptables. Les normes comptables italiennes n'ont pas force de loi. Les sociétés cotées et les banques sont tenues d'adopter les Normes comptables internationales (IAS) / International Financial Reporting Standards (IFRS). Les petites entités ne peuvent pas adopter les principes comptables IAS / IFRS.
Les organismes comptables
OIC, Organisme Italien de Comptabilité
Les lois comptables
La comptabilité italienne est essentiellement fondée sur le Code Civil de 1942 (notamment les articles 2424 et 2449), tel qu'amendé par le décret du 9 avril 1991 intégrant la quatrième (en anglais) et septième directives européennes.
L'écart entre les normes nationales et les normes internationales (IAS/IFRS)
Les normes IFRS sont exigées pour toutes les sociétés publiques nationales et les sociétés étrangères (sauf dans le cas d'une société étrangère dont les normes du pays d'origine sont considérées par l'UE comme étant équivalentes aux normes IFRS.) Les IFRS ne sont pas exigées pour les PME.
 

Les pratiques comptables

L'année fiscale
Année civile
La structure des comptes
Les sociétés italiennes doivent soumettre les documents suivants dans leurs états financiers: un bilan, un compte de profits et pertes, des notes aux comptes et un rapport annuel.
Les rapports annuels ne sont pas requis pour les petites entreprises qui préparent des bilans courts si les paramètres financiers et économiques sont respectés pendant deux exercices consécutifs. Ces sociétés ne peuvent pas adopter les principes comptables IAS / IFRS.
Les obligations de publication
Le rapport annuel, le rapport d'audit, les états financiers et une copie du procès-verbal de l'AGM (Assemblea dei soci) doivent être déposés au registre des sociétés 30 jours après l'AGM. Les sociétés à responsabilité illimitée (SNC, SAS) ne sont pas tenues de publier leurs comptes, mais doivent établir un bilan et un compte de profits et pertes. Les sociétés cotées en bourse doivent établir des états financiers trimestriels. Les petites entreprises sont autorisées à établir des états financiers sous une forme plus courte.
 

La profession comptable

Les corps de métiers
Le Consiglio Nazionale dei Dottori Commercialisti e degli Esperti Contabili est un organisme professionnel établie en 2005. Il est l'autorité compétente et le seul organisme professionnel en Italie. Cet organisme national représente tous les membres de la profession dans le pays et à l'étranger, contrôle les activités des Ordres locaux et édicte différents règlements et recommandations, y compris le code de déontologie.

Esperti contabili sont des comptables réguliers autorisés à fournir des services comptables et à exercer des fonctions d'audit limitées. Dottori commercialisti peuvent, en revanche, procéder à des expertises, des procédures d'insolvabilité, défendre des clients devant les tribunaux fiscaux et assurer des services complets d'audit et de certification.
Les organismes professionnels
CNDCEC, Conseil national des comptables professionnels (en anglais)
INRC, Institut national des comptables.
L'adhésion à l'IFAC (International Federation of Accountants)
Oui
L'adhésion à d'autres fédérations de comptables
L'Italie fait partie de l'IASB (International Accounting Standard Board), de l'EFRAG (European Financial Reporting Advisory Group) et de la Accountancy Europe (anciennement connu sous le nom de Fédération des Experts Comptables Européens).
Les organismes d'audit
Le Code Civil oblige les sociétés à responsabilité limitée, dont le capital est supérieur à 120.000 EUR, à nommer lors de l'assemblée générale annuelle (Assemblea dei soci) un comité d'audit (collegio sindacale) de trois à cinq membres qui rend compte de son audit dans un rapport annuel inclus dans les états financiers de l'entreprise. Ce comité est nommé pour trois ans et peut être reconduit indéfiniment. La loi ne leur impose pas un modèle particulier de présentation du rapport d'audit. Les sociétés cotées doivent faire auditer leurs comptes par des auditeurs externes.
 
 

Retour vers le haut

Les taxes à la consommation

La nature de la taxe
IVA (Imposta sul Valore Aggiunto)
Le taux standard
22% en 2021
Le taux réduit
La législation italienne prévoit plusieurs taux de TVA réduits:
- 4% pour les produits alimentaires, boissons, produits agricoles énumérés et certains livres et journaux électroniques
- 5% pour certains services de santé, pour la vente d'herbes alimentaires et pour certains services de transport sur les mers, les lacs et les rivières
- 10% pour les médicaments, les fournitures de nourriture et de boissons dans les restaurants, bars et hôtels, les fournitures d'électricité, de méthane et de pétrole liquéfié, tous à usage domestique, l'électricité et le gaz destinés aux entreprises d'extraction et les entreprises industrielles, les services d'hébergement rendus par les stations balnéaires .

A partir du 1er janvier 2021, tous les biens « anti-COVID-19 » sont taxés au taux de 5%. Du 20 décembre 2020 au 31 décembre 2022, une exonération avec crédit s'applique pour la fourniture de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro COVID-19 et de services associés, ainsi que pour la fourniture de vaccins COVID-19.
Les exemptions de taxe à la consommation
Fournitures spécifiques de biens et services expressément énumérés dans le décret présidentiel n. 633/72 sont exonérés de TVA, y compris bancaire et financière, assurance, soins hospitaliers et médicaux, éducation, fourniture, location de biens immobiliers particuliers. Ces activités ne sont pas déductibles des frais de TVA. La TVA est détaxée pour les exportations, les livraisons intracommunautaires, la vente et le service de navires de haute mer, etc., et est déductible des frais de TVA.
Les modes de calcul et de déclaration
La TVA est prélevée sur le prix ou la valeur en douane des biens ou des services et s'applique aux activités d'un entrepreneur TVA ainsi qu'aux acquisitions et importations intracommunautaires de biens. Toutes les entités qui effectuent des livraisons taxables sont tenues de s'inscrire à la TVA. Depuis le 1er janvier 2019, la facturation électronique (e-invoicing) est obligatoire pour les transactions effectuées par des assujettis à la TVA établis en Italie qui effectuent des livraisons à des assujettis à la TVA (B2B) établis en Italie et à des particuliers (B2C) résidant en Italie.
Les contribuables sont tenus de soumettre une déclaration de TVA par voie électronique avant la fin du mois d'avril de l'année civile suivante, ainsi que des rapports trimestriels sur leurs calculs de TVA (avant la fin du deuxième mois suivant le trimestre concerné). Les contribuables sont également tenus de soumettre des rapports trimestriels sur leurs calculs de TVA, avant la fin du deuxième mois suivant le trimestre concerné. Un rapport trimestriel sur les opérations transfrontalières doit être déposé avant la fin du mois suivant le trimestre concerné.
Les autres taxes à la consommation
Plusieurs biens et services sont soumis à des droits d'accise en Italie, notamment : les produits énergétiques comme le pétrole, le gazole, le gaz naturel, le charbon ; alcool et boissons alcoolisées; tabacs transformés et énergie électrique.
Divers droits de timbre s'appliquent.

Retour vers le haut

Les taxes sur le revenu des personnes

La distinction entre résident et non-résident
Un particulier est réputé être résident aux fins de l’impôt sur le revenu s’il/elle est inscrit(e) à l’état civil ou est domicilié en Italie pendant plus de 183 jours par an.
 

Le taux standard

De 0 à 15 000 EUR 23%
De 15 001 - 28 000 EUR 27%
De 28 001 - 55 000 EUR 38%
De 55 001 à 75 000 EUR 41%
Au-dessus de 75 001 EUR 43%
Taxe municipale 0 à 0,8%
Taxe régionale 1,23% à 3,33%
Travailleurs indépendants résidents Impôt forfaitaire de 15% sur les revenus bruts d'activité des entreprises et des professionnels jusqu'à 65 000 EUR, sans être soumis à des taxes régionales et municipales supplémentaires (certaines conditions s'appliquent)

Une taxe forfaitaire réduite de 5% s'applique pour les nouvelles activités (des conditions s'appliquent)

 
Les déductions et les crédits d'impôt
Pourvu que les conditions requises par la loi soient remplies, les principales retenues sur le revenu imposable brut, si elles n'ont pas été déduites de chaque type de revenu, sont les suivantes:

- Les cotisations obligatoires de sécurité sociale de l'employé sont entièrement déductibles
- Cotisations de sécurité sociale pour les employés de maison: jusqu'à 1 549,37 EUR
- Les frais médicaux pour les personnes handicapées sont entièrement déductibles
- Les cotisations versées aux fonds de pension complémentaires spécifiques sont déductibles, jusqu'à concurrence de 5 164,57 EUR
- Cotisations de sécurité sociale volontaires versées au régime de retraite obligatoire

Les particuliers peuvent déduire intégralement du revenu imposable la pension alimentaire versée à un conjoint séparé ou divorcé résultant d'un jugement du tribunal. Les contributions à certaines entités religieuses peuvent être déduites du revenu imposable jusqu'à concurrence de 1 032,91 EUR par contribuable. Les autres déductions comprennent l'allocation d'entretien, les frais universitaires, les frais médicaux, les personnes âgées ou handicapées dépendantes, etc.

Pour déterminer le revenu imposable, l'Italie a adopté un système de crédits d'impôt (c'est-à-dire jusqu'à 1880 EUR pour les revenus d'emploi, jusqu'à 1 104 EUR pour le travail indépendant, jusqu'à 800 EUR pour le conjoint à charge, jusqu'à 1200 EUR pour chaque enfant de moins de trois ans, ou 950 EUR pour chaque enfant de plus de trois ans, etc.).
Les autres crédits comprennent: les frais médicaux (19% du montant supérieur à 129,11 EUR), les intérêts sur les prêts immobiliers immobiliers (19%, plafonnés à 4 000 EUR), les assurances vie et accident (jusqu'à 530 EUR), les loyers annuels payés pour la résidence principale (pour les revenus inférieurs à 30 987,41 EUR).

Loi n. 21/2020 et la loi de finances italienne pour l'exercice 2021 ont introduit un mécanisme distinct de réduction des impôts, consistant en une déduction fiscale supplémentaire. Elle est due, du 1er juillet au 31 décembre 2020, pour les revenus compris entre 28 000 et 40 000 EUR, en deux mesures distinctes, qui diminuent avec l'augmentation des revenus :
- 480 EUR du 1er juillet 2020 à fin décembre 2020 et 960 EUR à partir du 1er janvier 2021, majorés du produit entre 120 EUR (du 1er juillet 2020 à fin décembre 2020) et 240 EUR (à partir du 1er janvier 2021 ) et le montant correspondant au rapport entre 35 000 EUR, moins le revenu total, et 7 000 EUR, si le revenu total est supérieur à 28 000 EUR mais pas à 35 000 EUR.
- 480 EUR du 1er juillet 2020 à fin décembre 2020 et 960 EUR à partir du 1er janvier 2021, si le revenu total est supérieur à 35 000 EUR mais pas à 40 000 EUR ; la déduction est due pour la partie correspondant au rapport entre le montant de 40 000 EUR, diminué du total des revenus, et le montant de 5 000 EUR.

Les régimes spéciaux concernant les expatriés
Les non-résidents ne sont imposés que sur le revenu et les gains provenant d'Italie, par rapport au revenu mondial et aux gains réalisés par les résidents.

En vertu du « régime fiscal domicilié », les personnes qui migrent leur résidence fiscale en Italie (si elles n'ont pas eu leur résidence fiscale italienne au moins neuf ans sur dix exercices fiscaux précédant le transfert) sont autorisées à opter pour leur droit de séjour non italien. les revenus provenant de sources doivent être imposés avec une taxe de substitution forfaitaire d'un montant fixe de 100 000 EUR.
Les personnes physiques résidentes sont imposées à 26% sur les intérêts (12,5% sur les obligations du Trésor italien ou similaires), les dividendes et les plus-values ​​sur des participations non qualifiées. Les personnes physiques non résidentes résidant dans un pays figurant sur la « liste blanche » ne sont pas imposées sur les plus-values ​​liées à des participations non qualifiées, et les mêmes plus-values ​​réalisées par des non-résidents sur la cession d'actions cotées en bourse sont exonérées.
En vertu du nouveau « régime des retraités étrangers », les personnes percevant déjà une pension étrangère peuvent choisir de payer un impôt de substitution de 7% sur tous les revenus de source étrangère au lieu des taux d’imposition progressifs swur une période de neuf ans.
L'imposition sur la richesse
Les actifs financiers détenus à l’étranger par un particulier résident (comptes bancaires, participations, etc.) sont taxés à 0,2% de la valeur de marché. Les biens immobiliers situés en dehors de l'Italie appartenant à un particulier résident sont soumis à un impôt au taux de 0,76% du coût initial ou de la valeur marchande du bien (0,4% s'applique aux résidences principales).
L'Italie perçoit un droit de donation / héritage, dont les taux varient entre 4%, 6% et 8% (avec une exemption pouvant aller jusqu'à 1 million EUR pour les proches parents).
Les cotisations de sécurité sociale à la charge du salarié représentent généralement 10% du salaire brut.
Les municipalités perçoivent une « taxe municipale unique » (Imposta municipale unica ou IUC), composée de trois taxes différentes: une taxe municipale (Imposta municipale propria ou IMU); taxe sur les ordures ménagères (Imposta sui rifiuti ou TARI); taxe de service indivisible (Imposta sui servizi indivisibili ou TASI).

Les indépendants ayant une organisation structurée et les contribuables non-résidents exerçant une activité commerciale en Italie dans un établissement stable ou une société de personnes sont également soumis à l'IRAP (dont le taux forfaitaire peut aller jusqu'à 3,9%).

Les administrateurs exerçant dans le secteur financier sont soumis à une taxe additionnelle de 10% prélevée sur la rémunération variable excédant la rémunération fixe sur les bonus des stock-options et les paiements variables.
Les particuliers résidents sont imposés sur les intérêts à un taux forfaitaire de 26% (12,5% pour les intérêts sur les bons du Trésor italiens). Les plus-values ​​réalisées par une personne physique lors de la cession de biens immobiliers italiens sont normalement imposées en tant que revenus divers, mais sont exonérées d'impôt si la personne physique a détenu la propriété pendant plus de cinq ans. Les gains provenant de la vente d'une résidence principale ne sont pas soumis à l'impôt.


Pour un aperçu des mesures fiscales introduites par le gouvernement italien à la suite de l'urgence COVID-19, consultez la page dédiée sur le site du ministère des Finances.

Retour vers le haut

Les conventions de non double imposition

Les pays avec lesquels une convention de non double imposition a été signée
Site du Ministère des finances, Conventions et accords signés (en italien)
Les retenues à la source
Dividendes : 0% (société résidente) / 1,2% (WHT final domestique sur les dividendes distribués aux actionnaires résidant dans un pays de l'UE/EEE) / 26% (particuliers et sociétés hors EEE) ;
Intérêts : 0% (société résidente) / 12.5% ​​(pour les obligations d'Etat) / 26% (particuliers et sociétés non-résidentes) ;
Redevances : 0% (entreprises et particuliers résidents) / 22,5% (non-résidents).

Les retenues à la source peuvent être réduites en vertu d'une convention fiscale internationale.

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022