Créez votre profil I Mot de passe oublié ?
Fiscalité et Comptabilité

drapeau Inde Inde : Fiscalité et Comptabilité

Dans cette page : Les taxes sur les sociétés | Les règles comptables | Les taxes à la consommation | Les taxes sur le revenu des personnes | Les conventions de non double imposition | Les sources d'information fiscale

 

Les taxes sur les sociétés

La distinction entre société résidente et société étrangère
Une société est résidente si elle est constituée en Inde ou si son siège de direction effective est en Inde au cours d’une année donnée.

Une société indienne est considérée comme résidente même si elle est contrôlée depuis un lieu situé à l'extérieur du pays ou si les actionnaires contrôlant plus de 51% des droits de vote sont des non-résidents.

 

Le taux standard

Taux de l'impôt sur les sociétés Entreprises et partenariats nationaux: 30%

L'impôt effectif (y compris la surtaxe et les frais de santé et d'éducation) peut aller de 31,20% (revenus inférieurs à 10 millions INR); 33,38% (revenus entre 10 et 100 millions INR); et 34,94% (revenus supérieurs à 100 millions INR)
Entreprises étrangères (et succursales): 40%

L'impôt effectif (y compris la surtaxe et la santé et l'éducation cess) peut varier de 41,6% (revenu inférieur à 10 millions INR); 42,43% (revenus entre 10 et 100 millions INR); et 43,68% (revenus supérieurs à 100 millions INR)
Surtaxe Sociétés locales à 7 % si le revenu est de plus de 10 millions INR et 12% si le revenu est de plus de 100 millions INR; les entreprises étrangères à 2 % et 5% respectivement
Contribution à l'éducation et à la santé 4% (inclus dans les taux d'imposition effectifs)
Tarif réduit pour les entreprises existantes
(pour les entreprises qui ne bénéficieront d'aucune incitation ou exemption)
22% (plus un supplément de 10% et un forfait santé et éducation applicable de 4%)
Tarif réduit pour les entreprises manufacturières nationales nouvellement créées et les entreprises engagées dans la production d'électricité (sous conditions) 15% (plus un supplément de 10% et une réduction de 4% applicable à la santé et à l'éducation)
Taxe alternative minimum (MAT) Applicable à un taux de 15% (plus tout supplément et cessation applicable) sur les bénéfices comptables ajustés des sociétés dont la charge fiscale est inférieure à 15% de leurs bénéfices comptables.

Pour les entreprises locales, l'impôt effectif peut aller de 15,6 % (revenu inférieur à 10 millions d'INR) ; 16,692% (revenus compris entre 10 et 100 millions d'INR) ; et 17,472% (revenu supérieur à 100 millions d'INR).
 
Le taux d'imposition pour les sociétés étrangères
Une entreprise résidente est imposée sur son revenu mondial. Une société non-résidente n'est imposée que sur ses revenus d'origine indienne.
Les sociétés non-résidentes et les succursales de sociétés étrangères sont imposées à un taux de 40% et de 3%, majorés d'une surtaxe en fonction de la valeur du chiffre d'affaires (consultez la section sur les taux de revenu des sociétés pour plus de détails).

Les sociétés non résidentes exerçant des activités spécifiques sont imposées à 7,5% (navires en exploitation) et à 5% (avions en exploitation) des montants spécifiés dans la Loi de l'impôt sur le revenu. L'allégement de l'impôt sur le revenu fait partie des conventions fiscales internationales.

Un prélèvement d'égalisation de 6 % sur le montant de la contrepartie dépassant 100 000 INR pour des services spécifiés reçus par un non-résident sans établissement permanent en Inde doit être retenu par un payeur résident ou un payeur non-résident avec un établissement stable en Inde.

La taxation des plus-values
Le traitement fiscal varie sur le long terme (les actifs détenus pendant plus de trois ans, les actions cotées et certains titres pendant plus d'un an, les actions non cotées et biens immobiliers plus de deux ans) et les plus-values à court terme. Les plus-values à long terme sur les actions cotées et les titres sont imposés à un taux de 10% (sans ajustement à l'inflation) ou exonérées pour la première tranche de 100 000 INR si soumis à la taxe sur les transactions de valeurs mobilières (STT). Les plus-values à long terme découlant de la cession par un non-résident d'actions non cotées sont également imposées à un taux de 10% (sans ajustement à l'inflation ou au taux de change actuel). Les plus-values à long terme sur d'autres actifs sont imposées à 20% avec un ajustement à l'inflation. Les plus-values à court terme sont imposées au taux normal d'imposition ou à 15% si elles sont soumises à la STT (une surtaxe et taxe de contribution à l'éducation s'appliquent également à ces plus-values).
Les déductions et les crédits d'impôt

En règle générale, les frais sont déductibles s’ils sont engagés entièrement et exclusivement à des fins commerciales ou professionnelles, sans la nature d’une dépense personnelle, ni en tant que dépense en capital.
Les déductions admissibles comprennent les salaires et les traitements, les primes et les commissions, le loyer, les réparations, les assurances, les redevances, certaines taxes (taxes de vente, municipales, routières, immobilières, de douane), les intérêts, les loyers, les amortissements, les dépenses de recherche, etc. Un cinquième des dépenses de démarrage est autorisé à titre de déduction annuelle, sur une période de cinq ans. Les créances irrécouvrables peuvent être admises en déduction fiscale si elles ont été radiées en tant que créances irrécouvrables.
Toute contribution de bienfaisance faite par une entreprise à un organisme de bienfaisance est autorisée en tant que dépense déductible des impôts, sous certaines conditions. La déductibilité fiscale varie de 50% à 100% de la contribution caritative, selon la nature de la charité. Aucune déduction n'est autorisée pour les contributions en espèces supérieures à 2 000 INR. Si une entreprise a opté pour le taux d'imposition réduit de 22% dans le cadre du nouveau régime fiscal, elle ne sera pas autorisée à demander des déductions pour contributions caritatives à partir de l'exercice 2020-21.
Les pertes peuvent être reportées et déduites des revenus de l'année suivante (pertes d'exploitation et en capital sur 8 ans), les reports étant interdits.

Diverses mesures d'incitation sont prévues pour les sociétés exerçant des activités spécifiques en Inde, par exemple :

  • Un congé fiscal de dix ans sur 100% de bénéfices pour le développement, l'exploitation ou l'entretien des infrastructures, l'énergie ou des installations des réseaux et de distribution ;
  • Un congé fiscal de sept ans sur 100% de bénéfices pour la production d'huile minérale et de gaz naturel ;
  • Un congé fiscal de dix ans sur 100% de bénéfices pour le développement d'une zone économique spéciale (ZES) ;
  • Un congé fiscal de cinq ans sur 100% de bénéfices pour l'exploitation et l'entretien des hôpitaux dans les zones rurales ;
  • Un congé fiscal de 5 ans sur 100% des bénéfices plus un congé fiscal de 5 ans sur 50% des bénéfices à l'exportation d'une nouvelle entreprise, remplissant les conditions prescrites et installée dans une ZES (disponible si les activités commencent avant le 30 juin 2020)
  • Une déduction allant jusqu'à 150% (réduite à 100% à compter de l'année fiscale 2020-21) des contributions financières au bénéfice des institutions scientifiques (limitées à certaines industries) ;
  • Un taux d'imposition concessionnel de 10% (plus surtaxe et taxe) sur le revenu sous forme de redevance au titre d'un brevet développé et enregistré en Inde par un résident de l'Inde (« régime de la Patent Box »).
Les autres taxes sur les sociétés
Les sociétés indiennes qui distribuent ou déclarent des dividendes sont tenues de payer le DDT (impôt sur la distribution des dividendes) à 15%. Ce taux doit être majoré; par conséquent, le taux effectif de DDT est de 20,36%. Cependant, la loi de finances 2020 a aboli le DDT avec effet au 1er avril 2020, les dividendes distribués après cette date seront donc imposables entre les mains des actionnaires (20% pour les dividendes versés à des non-résidents; aux taux d'imposition normaux applicables au actionnaires pour les dividendes versés aux résidents).

Une taxe sur les transactions sur titres est applicable aux transactions impliquant l'achat / la vente d'actions de participation, de produits dérivés, de parts de fonds axés sur les actions par l'intermédiaire d'une bourse reconnue ou l'achat / vente d'une part d'un fonds axé sur les actions à un fonds commun de placement. Les taux varient de 0,01% à 0,125%, selon le type de titres.

Une taxe foncière est prélevée par l'autorité de tutelle de la juridiction dans laquelle la propriété est située, avec des taux variant d'une ville à l'autre. Les droits de timbre s'appliquent à toutes les transactions immobilières légales, avec des taux différents fixés par chaque État.

Les cotisations sociales payées par l’employeur s’élèvent à 12% du salaire des employés (8,33% sont alloués à la Caisse de retraite des employés, plafonnée à 15 000 INR / mois pour les employés indiens). Un taux d'imposition réduit peut s'appliquer aux particuliers et aux contribuables indivis indivis (HUF).

A compter du 1er avril 2020, un prélèvement de péréquation de 2% s'applique sur la contrepartie des prestations et prestations de commerce électronique réalisées ou fournies par un opérateur de commerce électronique sans ES en Inde, et dont les ventes, le chiffre d'affaires ou les recettes brutes du e- les fournitures et services commerciaux sont d'au moins 20 millions INR au cours de l'année fiscale.

Les autres ressources utiles
Service de l'Impôt sur le Revenu
Consultez le site Doing Business, pour connaître le montant des impôts et des cotisations obligatoires.
 

Comparaison internationale de la fiscalité des entreprises

  Inde Asie du sud Etats-Unis Allemagne
Nombre de paiements de taxes par an 10,9 26,7 10,6 9,0
Temps requis pour les formalités administratives en heures 251,9 273,5 175,0 218,0
Montant total des taxes en % des profits 49,7 43,9 36,6 48,8

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

Retour vers le haut

Les règles comptables

 

Le système comptable

Les normes comptables
Les normes comptables publiées par l'Institut indien des experts-comptables agréés (ICAI), qui sont en grande partie basées et convergées avec les normes IFRS, s'appliquent. Les états financiers doivent être préparés annuellement, conformément aux normes comptables prescrites par la Loi sur les compagnies. Il existe des différences entre ces normes comptables et les normes IFRS.
L'Inde s'est engagée à faire converger ses normes comptables avec les normes IFRS (sous réserve de quelques exclusions); ces normes sont appelées les normes comptables indiennes ou Ind AS. Pour les exercices comptables ouverts à compter du 1er avril 2016, ces normes sont obligatoires pour les sociétés cotées et non cotées qui atteignent certains seuils de valeur nette.
Les organismes comptables
Institut indien des experts-comptables agréés
Les lois comptables
- Législation sur l'impôt sur le revenu ;
- Législation sur les sociétés indiennes ;
- Règlementations de la Banque de Réserve d'Inde (RBI), Commission indienne des valeurs mobilières (SEBI).
L'écart entre les normes nationales et les normes internationales (IAS/IFRS)
À l'origine, l'Inde avait l'intention de converger vers les normes IFRS dans le cadre d'une approche échelonnée à compter de 2011, mais la transition vers les normes Ind AS a été reportée. En janvier 2015, le ministère indien des Affaires corporatives (MCA) a publié une feuille de route révisée qui reflète, en substance, que les entreprises avec une valeur nette de 500 crore INR ou plus doivent obligatoirement suivre les normes comptables indiennes (Ind AS), qui sont en grande partie convergées avec les normes internationales d'information financière (IFRS), à partir du 1er avril 2016. Les entreprises ayant une valeur nette inférieure à 500 crore INR mais sont répertoriées, ou en cours d'inscription, et les entreprises avec une valeur nette de 250 crore INR ou plus doivent suivre les nouvelles normes à partir du 1er avril 2017. Pour les sociétés de financement bancaire, non bancaire et d'assurance, qui ont été exemptées de la feuille de route générale, une nouvelle version a été établie en janvier 2016 avec l'adoption progressive des normes Ind AS à partir du 1er avril 2018.
 

Les pratiques comptables

L'année fiscale
L'année fiscale commence le 1er avril et se termine le 31 mars de l'année suivante.
La structure des comptes
«Bilan» et «Compte de résultat».
Les sociétés sont tenues de préparer leurs états financiers chaque année, conformément aux dispositions de la Loi sur les compagnies, et de les faire vérifier par un comptable agréé en exercice ou une entreprise de comptables agréés inscrits auprès de l'ICAI. Les états financiers vérifiés doivent être approuvés par les membres lors d'une assemblée générale annuelle. Toutes les sociétés sont tenues de déposer leurs états financiers vérifiés auprès du registre du commerce et des sociétés après leur approbation par les membres.
Les obligations de publication
Le bilan et le compte de résultat doivent être publiés pour chaque année fiscale.
 

La profession comptable

Les corps de métiers
Pour devenir expert comptable, il faut devenir membre de l'Institut indien des experts-comptables agréés (ICAI) en passant un examen à 3 niveaux conduit par l'ICAI. Le comptable qualifié est alors nommé "expert-comptable" (CA).
Les organismes professionnels
ICAI, Institut indien des experts-comptables agréés
L'adhésion à l'IFAC (International Federation of Accountants)
Oui
L'adhésion à d'autres fédérations de comptables
Membre de la Confédération des comptables d'Asie et du Pacifique (CAPA)
Les organismes d'audit
Les entreprises doivent faire appel à un commissaire aux comptes agréé pour mener un audit annuel de leurs états financiers. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter l'Institut des commissaires aux comptes internes d'Inde et L'institut indien des experts-comptables agréés (ICAI). 
 
 

Retour vers le haut

Les taxes à la consommation

La nature de la taxe
Taxe sur les produits et services
Le taux standard
Les biens et services peuvent être soumis à six taux différents : 0,25% ou 3% (diamants et autres pierres précieuses, or, argent), 5% (céréales de marque, transport aérien de passagers en classe économique, restaurants, services de construction d'appartement résidentiel) , 12% ou 18% (appareils électriques pour la radiodiffusion et la télévision, hébergement dans des hôtels où la valeur de l'offre est supérieure à 1 000 INR par unité et par jour, droits de propriété intellectuelle, services de construction autres que les appartements résidentiels, services bancaires), et 28 % (automobiles, climatiseurs, boissons gazeuses, accès aux clubs de course et aux casinos).
Le taux réduit
Voici des exemples de fournitures taxables:

  •     Taux de 0,25%: pierres précieuses brutes et semi-précieuses
  •     Taux de 3%: or et argent
  •     Taux de 5%: céréales de marque; transport aérien de passagers en classe économique; Restaurants; services de construction d'appartement résidentiel
  •     Taux de 12% et 18%: appareils électriques pour la radiodiffusion et la télévision; l'hébergement dans des hôtels dont la valeur de l'offre est supérieure à 1 000 INR par unité et par jour; droits de propriété intellectuelle; services de construction (autres que appartements résidentiels); services bancaires
  •     Taux de 28%: voitures à moteur; climatiseurs; boissons gazeuses; accès aux clubs de course et aux casinos.


Une taxe compensatoire de TVA s'applique sur certains articles d'inaptitude et de luxe, y compris les boissons gazeuses, les automobiles et les produits du tabac.

Les exemptions de taxe à la consommation
Les fournitures exonérées comprennent: les céréales hors marque; fruits et légumes; l'hébergement dans des hôtels où la valeur de l'offre est inférieure à 1 000 INR, par unité et par jour; location d'habitations résidentielles à usage de résidence; le transfert d'une entreprise en exploitation.
Les exportations de biens et services sont détaxées et les exportateurs peuvent demander un remboursement de la taxe en amont. Les fournitures à une zone économique spéciale pour les opérations autorisées sont également détaxées.
Les modes de calcul et de déclaration
Depuis juillet 2017, tous les États indiens appliquent un système de taxe générale sur les ventes (TPS), qui a remplacé les taxes et droits centraux, les taxes locales des États ainsi que les taxes et surtaxes d'État. La TPS comprend trois éléments qui s'appliquent en fonction de l'opération: CGST: collectée par le gouvernement central lors d'une vente intra-étatique; SGST / UTGST: collectés par le gouvernement de l'État sur une vente intra-étatique; IGST: collecté par le gouvernement central pour la vente interétatique.
L'enregistrement est spécifique à l'état. Deux seuils de 4 millions INR et 2 millions INR de chiffre d'affaires global ont été prescrits pour l'exemption d'enregistrement et de paiement de la TPS pour les fournisseurs de biens (2 millions INR pour la fourniture de services). Les déclarations mensuelles et les paiements d'impôts sont dus au plus tard le 20 du mois suivant. Un système de facturation électronique pour la circulation inter et intra-étatique des marchandises est en vigueur depuis 2018.

Le gouvernement central a notifié un régime d'amnistie unique pour la liquidation des différends antérieurs relatifs à l'accise centrale et à la taxe sur les services à compter du 1er septembre 2019 (Sabka Vishwas - Legacy Dispute Resolution) Scheme).
Les autres taxes à la consommation
Le nouveau système de taxe sur les produits et services (TVA) remplace les impôts indirects suivants : droit d'accise, droit compensateur / TVA, taxe de séjour, TVA / TVH, taxe de séjour, taxe de luxe, taxes de loterie, taxes et suppléments d'État, taxe d'entrée (ne se substituant pas à la taxe d'octroi).

Les droits de timbre et les taxes foncières sont imposés par les autorités municipales et varient d'un État à l'autre. Une taxe distincte sur les opérations sur titres (variant entre 0,01% et 0,125%) continue de s'appliquer. Certains articles de démérite et de luxe font l'objet d'une indemnisation (les tarifs varient).

Retour vers le haut

Les taxes sur le revenu des personnes

La distinction entre résident et non-résident
Les individus peuvent être divisés en fonction de leur type de résidence:
• Résident en Inde, qui est divisé en deux catégories:
o Résident et résident habituel: physiquement présent 182 jours dans une année donnée ou 60 jours dans une année donnée et plus de 364 jours au cours des 4 années précédentes. Il / elle est soumis(e) à l'impôt en Inde sur son revenu mondial
o Résident mais non résident habituel (RNOR): non-résident 9 années sur 10 ou resté en Inde 729 jours ou moins au cours des 7 années précédentes. Il / elle est assujetti(e) à l'impôt en Inde uniquement à l'égard des revenus générés ou réputés générés en Inde, reçus ou réputés reçus en Inde, ou issus d'une entreprise contrôlée ou d'une profession établie en Inde
• Non-résident en Inde (NR): soumis à l'impôt en Inde uniquement à l'égard des revenus générés ou réputés être générés ou reçus ou réputés reçus en Inde.

À la suite de l'épidémie de COVID-19, le Conseil central des impôts directs a précisé dans une circulaire que la période de verrouillage ne sera pas comptée pour déterminer le statut de résidence des non-résidents aux fins du calcul de l'obligation fiscale.

 

Le taux standard

Impôt sur le revenu (INR) Taux progressif jusqu'à 30%
Moins de 250 000 INR 0% (exonérés d'impôt sur le revenu et 3% de contribution pour l'education; limite d'exonération portée à 300 000 INR pour les personnes âgées résidents de 60-80 ans et à 500 000 INR pour les âges supérieurs à 80)
250 001 à 500 000 INR 5%
500 001 à 1 000 000 INR 20%
1 000 001 INR et au dessus 30%
Surtaxe En plus de l'impôt sur le revenu, une surtaxe (SC) de 10% doit être prélevée lorsque le revenu total des particuliers se situe entre 5 et 10 millions INR; 15% lorsque le revenu total des particuliers se situe entre 10 et 20 millions INR; 25% entre 20 et 50 millions INR; 37% au-dessus de 50 millions
Contribution à l'éducation 4% de l'impôt sur le revenu et de la surtaxe
Remboursement de la taxe Les particuliers résidents ont droit à un abattement fiscal du moindre de l'impôt sur le revenu ou de 12 500 INR lorsque le revenu total ne dépasse pas 500 000 INR.
Nouveau régime fiscal des particuliers (NPTR) - régime facultatif en vigueur à compter du 1er avril 2020
Le contribuable renonce à certaines déductions ou exonérations (consultez la section «Déduction»)
Moins de 250 000 0%
250 000 – 500 000 5%
500 000 - 750 000 10%
750 000 - 1 000 000 15%
1 000 000 - 1 250 000 20%
1 250 000 - 1 500 000 25%
1 500 000 and above 30%
Impôt minimum alternatif (AMT)
Applicable aux revenus d'entreprise ou de profession
18,5% (plus surtaxe et accès aux soins de santé et aux études) sur le revenu total ajusté.
 
Les déductions et les crédits d'impôt
Des déductions sont autorisées pour les cotisations à l'assurance-vie, aux caisses de prévoyance reconnues, aux certificats d'épargne nationaux, au plan d'épargne national, aux revenus de certains fonds communs de placement et dividendes, à certaines dépenses d'éducation, à la prime d'assurance-vie sur la vie de soi, du conjoint ou de tout enfant (jusqu'à à 150 000 INR), les primes d'assurance maladie, y compris celles payées pour les parents à charge. En cas de retrait partiel du régime national de pension par les salariés, 25% de leur propre cotisation sont exonérés d'impôt l'année du retrait.

Les particuliers peuvent prétendre à une déduction des intérêts payés sur un emprunt contracté dans le cadre de leurs études supérieures ou de leur proche.

En cas de don d'un certain montant à des fonds spécifiquement approuvés, à des institutions caritatives, etc., un particulier peut demander une déduction de 50 % à 100 % du montant donné, sous réserve de certaines restrictions légales. Déduction pour fonds, institutions caritatives dépassant 2 000 INR à autoriser uniquement lorsque le don n'est pas effectué en espèces. Suite à l'épidémie de COVID-19, le gouvernement a mis en place un "Fonds PM CARES" spécial, les dons faits au fonds étant déductibles à 100% sans aucun plafond.
Les dépenses liées aux revenus d'entreprise sont déductibles.

Suite à l'introduction du nouveau régime optionnel d'imposition des personnes physiques, les personnes physiques qui optent pour ce régime renoncent à certaines déductions ou exonérations, notamment: l'allocation de loyer; indemnité de voyage de congé; allocation en vertu de l'article 10 (14) de la Loi de l'impôt sur le revenu (à quelques exceptions près); déduction forfaitaire de 50 000 INR et déduction pour taxe professionnelle; l'exemption de la nourriture et des boissons gratuites par le biais de bons fournis par l'employeur; déduction du paiement des intérêts sur les prêts au logement pour les propriétés auto-occupées et restrictions à la compensation des pertes des propriétés louées; indemnité de déménagement; allocation d'aide; allocation d'éducation des enfants; toutes les déductions du chapitre VIA de la loi relative à l’impôt sur le revenu disponibles pour les dépenses au titre de la contribution des employés à la caisse de prévoyance, de la prime d’assurance, des dons, de la prime médicale, etc., à l’exception de la contribution de l’employeur au régime de pension notifié, tel que le régime national de pension (NPS).
Les régimes spéciaux concernant les expatriés
Pas d'exemptions ou de déductions spéciales, car la rémunération des expatriés étrangers travaillant en Inde est réputée être perçue comme un salaire sur le territoire indien. Cependant, les étrangers qui visitent l'Inde lors de voyages d'affaires à court terme peuvent demander une exonération en vertu de la législation fiscale nationale ou d'une convention fiscale pertinente.

Un travailleur étranger qui est citoyen d'un pays avec lequel l'Inde a signé un accord de sécurité sociale n'est pas tenu de cotiser au système de sécurité sociale s'il contribue à la sécurité sociale de son pays d'origine, en tant que citoyen ou résident , et bénéficie du statut de "travailleur détaché" pour la durée et selon les modalités précisées dans la convention y afférente.

Les revenus de dividendes à un non-résident reçus à compter du 1er avril 2020 seraient imposables entre les mains de l'actionnaire au taux de 20 %, à moins qu'un taux inférieur ne s'applique en raison d'une convention fiscale.
L'imposition sur la richesse
L'impôt sur la fortune a été supprimé le 1 avril 2015. Il n'y a pas de droits de succession. La taxe foncière varie selon l'État. En règle générale, les gains en capital résultant de la vente d'actifs immobilisés sont imposables au cours de l'année d'imposition au cours de laquelle ces actifs sont vendus ou transférés.

Toute somme d'argent s'élevant à 50 000 INR ou plus reçue au cours de l'année d'imposition concernée sans contrepartie de la part d'une personne n'étant pas un parent est soumise à l'impôt sur le revenu entre les mains du bénéficiaire.
Les employés (y compris les étrangers) travaillant dans un établissement en Inde employant 20 personnes ou plus sont tenus de contribuer à la caisse de prévoyance au taux fixe de 12% du salaire.

Retour vers le haut

Les conventions de non double imposition

Les pays avec lesquels une convention de non double imposition a été signée
Conventions signées avec d'autres pays pour éviter la double imposition
Les retenues à la source
Dividende : 10 % lorsqu'il est versé à une société/personne physique résidente (7,5 % entre le 14 mai 2020 et le 31 mars 2021)/20 % lorsqu'il est versé à une société/personne physique non résidente (10 % pour les dividendes versés sur des obligations en devises ou un dépositaire mondial reçus), plus surtaxe et échecs.

Intérêts : 10 % lorsqu'ils sont versés à une personne morale/personne physique résidente (7,5 % entre le 14 mai 2020 et le 31 mars 2021)/20 % lorsqu'ils sont versés à une personne morale/personne physique non-résidente. Si les revenus d'intérêts perçus par un non-résident ne remplissent pas les conditions prescrites par la loi pour les taux de WHT concessionnels, un taux de 30 % (pour les personnes physiques et morales autres qu'une société étrangère) ou de 40 % (pour une société étrangère), plus le supplément et la taxe applicables, s'appliqueront.

Redevances : 2 % lorsque la redevance est versée à une société/un particulier résident et est de la nature d'une contrepartie pour la vente, la distribution ou l'exploitation de films cinématographiques ; sinon, le taux est de 10 % (respectivement 1,5 % et 7,5 % entre le 14 mai 2020 et le 31 mars 2021)/10 % lorsqu'il est versé à une société/un particulier non-résident, plus la surtaxe et les échecs.

Les taux peuvent être réduits en vertu d'une convention fiscale.

Retour vers le haut

Les sources d'information fiscale

Les autorités fiscales
Aperçu des mesures fiscales de l'Inde en réponse au Covid-19
Département de l'impôt sur le revenu
Ministère des Finances
Les autres ressources utiles
Ministère du Commerce et des Industries
Office central des impôts indirects et des douanes
Taxe Claire
Les guides
Guide fiscal PwC - Inde

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juin 2022